Offre de stage 2019 – Muséum national d’Histoire naturelle

Pierre Robbe et son parcours : cartographier et produire des archives, éclairer l’histoire récente de l’ethnologie et de ses collections

Disciplines concernées : histoire des sciences, histoire des collections, sciences de l’archive, anthropologie, ethnologie, muséologie

Niveau : Master 2

Lieu du stage : UMR 208 Paloc (Patrimoines locaux et gouvernance, IRD-MNHN), Muséum national d’Histoire naturelle, 43 rue Buffon, 75005 Paris ; Musée de l’Homme, Place du Trocadéro, 75016 Paris ; Archives à explorer

Tuteurs :

Nom, Prénom Unité/Service de rattachement Statut Rôle dans le projet
Roustan, Mélanie PALOC Enseignant-chercheur Direction du stage, accueil du stagiaire au sein de l’UMR Paloc
Reubi, Serge CAK Enseignant-chercheur Co-direction du stage
Delpuech, André Musée de l’Homme Directeur Accueil du stagiaire dans l’environnement Musée de l’Homme

Durée et gratification : 4 mois à réaliser en 2019 ; environ 550 euros mensuels nets

Le stage vise d’abord à réaliser un état des lieux des collections patrimoniales, collections de recherche, publications, documentations, archives et work in progress relatifs aux activités scientifiques de collecte, d’écriture, de production de matériaux (visuels et sonores) de Pierre Robbe, anthropologue, né en 1939, professeur au Muséum national d’Histoire naturelle, témoin privilégié du départ des collections d’ethnologie du Musée de l’Homme pour le musée du quai Branly.

Ce sera l’occasion pour le stagiaire d’apprendre à identifier et cartographier les institutions, archives, fonds personnels où se trouvent publications, manuscrits, notes, carnets de terrain, archives, photographies mais aussi les collections, ainsi que d’en établir un catalogue sommaire. Une deuxième mission consiste à produire une archive orale (entretien biographique) du parcours scientifique et de l’engagement institutionnel de Pierre Robbe, et d’éventuels d’autres acteurs susceptibles d’éclairer son parcours. Le stage permettra ainsi de recueillir la mémoire vivante et produire des archives orales grâce à la réalisation d’interviews de témoins.

Enfin, le ou la stagiaire devra dégager des pistes de recherche potentielles ou des actions de protection ou de valorisation de ce « fonds ».

En toile de fond, plusieurs grandes questions pourront être éclairées par cette étude de cas :

  • la place de l’ethnologie et de ses collections dans les musées
    • histoire institutionnelle
    • requalification des objets
    • départ des collections d’ethnologie du Musée de l’Homme au musée du quai Branly
  • l’évolution du regard porté sur le monde inuit
    • les métamorphoses des représentations des peuples autochtones
    • les changements dans la relation ethnologue-informateur
  • les défis de la mise en archives d’une production scientifique vivante

Le stage permettra d’acquérir plusieurs compétences :

– il constitue une initiation à la recherche, en développant des compétences dans la construction de l’objet, la problématisation, ainsi qu’en acquérant des expériences de travail en interdisicplinarité entre histoire des sciences, épistémologie des collections et anthropologie du musée : recherche en archives et en documentation, en collections, enquête de terrain et entretien.

– il permet de nourrir les réflexions sur les problèmes d’histoire des collections, de la circulation des objets et des effets des mutations institutionnelles (déménagement des collections d’ethnoilogie du Musée de l’Homme au musée du quai Branly).

Contacts : melanie.roustan@mnhn.fr et serge.reubi@mnhn.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.