Césure

Conformément à la législation en vigueur, tout étudiant a la possibilité de faire une demande de césure. D’une durée maximale d’une année universitaire, pendant laquelle l’étudiant suspend sa scolarité pour mener à bien un projet personnel ou professionnel, en France comme à l’étranger, celle-ci débute obligatoirement en même temps qu’un semestre universitaire. La césure peut être effectuée dès le début de la première année de cursus mais jamais après la dernière année de cursus. Il n’est pas possible de bénéficier de ce dispositif pour effectuer une période de stage.

La période de césure est effectuée sur la base d’un strict volontariat de l’étudiant qui s’y engage et ne  peut  être  rendue  nécessaire  pour  l’obtention du  diplôme  préparé  avant  et  après  cette suspension. Elle ne peut donc comporter un caractère obligatoire.

La période de césure n’est pas une année sabbatique ou un choix par défaut ! Sa démarche demande réflexion et anticipation. L’année de césure doit représenter une réelle opportunité d’apprentissage ou de maturation de projets. Il peut s’agir : d’une formation dans un autre établissement, d’un volontariat ou service civique (avec attestation d’engagement), d’un travail  sous forme de CDD (au sein d’une entreprise ou d’une administration), d’un séjour de formation linguistique, ou encore, d’un engagement dans un projet associatif (citoyen, humanitaire, sportif, etc.). L’année de césure peut être valorisée dans l’annexe au diplôme et éventuellement permettre l’attribution de crédits ECTS, en sus du nombre d’ECTS délivré à l’issue de la formation.

Demander à faire une césure est une possibilité mais pas un droit. Afin de bénéficier de cette année de césure, une demande doit être formulée auprès du Président de l’EPHE ou du secrétariat pédagogique de la formation de master à l’EHESS. Les demandes (formulaire à demander auprès de la DEVE) seront examinées par les responsables et les conseils pédagogiques de chacune des formations qui évalueront les demandes en fonction des critères suivants : qualité et cohérence du projet en rapport à sa formation ; motivation de l’étudiant (une lettre est demandée) ; forme de la césure (contrat de travail, service civique, projet personnel, formation, etc.). Une demande de césure peut-être refusée s’il est établi que celle-ci n’a aucune valeur ajoutée d’un point de vue personnel ou « professionnel ». Si elle est accordée, une convention sera signée entre l’établissement d’inscription et l’étudiant lui garantissant sa réinscription au sein de la formation.

En effet, pour bénéficier d’une période de césure, l’étudiant doit être inscrit dans une formation initiale de l’EPHE ou de l’EHESS délivrant un diplôme national. L’étudiant devra s’acquitter de la CVEC et régler les droits d’inscription au taux réduit (titre indicatif pour 2018-2019, 168,00 € pour une césure en master).