Laboratoires de l’EPHE

  • Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale (CRCAO)

Fondé en 2006, le Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale (CRCAO) est une Unité Mixte de Recherche du CNRS, placée sous la tutelle de l’École pratique des hautes études (EPHE), du Collège de France et de l’Université Paris Diderot.

Anciennement dénommée « Centre de recherche sur les civilisations chinoise, japonaise et tibétaine », l’Unité a modifié son intitulé en « Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie Orientale » (CRCAO) pour afficher plus ouvertement sa volonté d’intégrer l’ensemble des pays d’Asie dans son champ de recherche et de développer les problématiques transnationales.

Les activités de recherche du CRCAO couvrent l’ensemble des pays d’Asie orientale. Le centre présente cependant une structuration aréale en trois équipes : Équipe Civilisation chinoise ; Équipe Civilisation japonaise ; Équipe Tibet, Bhoutan et aire culturelle tibétaine (TBACT).

Contact : courriel

  • Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL)

Le GSRL (alors Groupe de Sociologie des religions et de la Laïcité, le nom actuel datant de 2006) a été créé au 1er janvier 1995 par Jean Baubérot, avec une partie des membres du GSR (Groupe de Sociologie des Religions) du CNRS et la jeune équipe HSL (Histoire et Sociologie de la Laïcité) de l’EPHE. Il a depuis lors continûment cru en nombre de membres, et en diversité de ses objets d’étude et de ses aires géographiques. Il a été successivement dirigé par Jean Baubérot (1995-2001), Jean-Paul Willaime (2002-2008) et Philippe Portier (depuis 2008).

Les sciences sociales des religions sont aujourd’hui confrontées à une forte demande sociale d’informations et d’analyses portant sur les mutations religieuses actuelles, les caractéristiques et évolutions de tel ou tel monde religieux, les questions et polémiques relatives à l’expression des identités religieuses dans la vie sociale, ou les laïcités et les défis qu’elles rencontrent. Que ce soit à travers la participation à des manifestations scientifiques ou à travers l’engagement dans des débats nationaux et internationaux, il s’agit toujours pour les membres du GSRL de situer leur apport proprement scientifique dans des débats où les acteurs eux-mêmes sont demandeurs d’analyses objectivant les situations et les interprétations diverses qu’elles suscitent.

Contact : courriel

  • Centre de recherche sur le monde iranien : Langues, cultures et sociétés de l’Antiquité à nos jours (CeRMI)

L’UMR 8041 est une Unité Mixte de Recherche pluridisciplinaire axée sur l’étude des langues, textes, histoire, cultures et sociétés du monde iranien du VIème siècle avant notre ère jusqu’à nos jours.

Les recherches menées par les membres de l’UMR se situent dans les différents champs relevant des sciences humaines et sociales et concernent un territoire géographique allant du Proche Orient jusqu’à l’Asie centrale, partout où les cultures iraniennes ont été présentes au cours des différentes périodes historiques.

L’EPHE est tutelle secondaire.

  • Groupe de Recherches en Etudes Indiennes (GREI)

Cette équipe est portée par l’EPHE en cotutelle avec Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

Les travaux du GREI portent sur les langues, les littératures, les religions et les cultures intellectuelles de l’Inde ancienne et médiévale entendue au sens le plus large : protohistoire indo-iranienne (et, au-delà, indo-européenne), brahmanisme védique et classique, aires de rayonnement de la civilisation indienne, notamment via le bouddhisme (Gandhāra, Asie centrale, Asie du Sud-Est, Sri Lanka, etc.). Les langues et littératures étudiées incluent, outre le sanskrit, le pāli et les langues moyen-indiennes, le tibétain, le tokharien, le javanais, le persan, etc. Les recherches conduites par les membres du GREI touchent à toutes les composantes religieuses de l’Inde ancienne : brahmanisme et hindouisme, notamment dans ses diverses expressions śivaïtes, bouddhisme et jaïnisme. La philosophie y tient un rôle important aux différents points de contact entre ces religions, ainsi que la grammaire traditionnelle et l’esthétique.

Les travaux du GREI se caractérisent en premier lieu par leur approche historico-philologique, avec une forte composante paléographique et « manuscriptologique ». Ils incluent également l’étude des expressions visuelles, plastiques et musicales de l’Inde ancienne et médiévale, l’historiographie et, au besoin, le comparatisme.

Le GREI accueille le projet ERC HisTochText (History of the Tocharian Texts of the Pelliot Collection ; PI Georges-Jean Pinault ; voir https://www.ephe.fr/actualites/etude-pluridisciplinaire-des-manuscrits-tokhariens-histochtext). Il se distingue par un important réseau de collaborations internationales en Inde, au Japon, en Chine, aux États-Unis et en Europe.

  • Accords de coopération de l’EPHE avec l’Asie

L’EPHE entretient un réseau de partenariats privilégiés avec un ensemble d’institutions dans le monde. Ces accords ont pour objectif de faciliter la mobilité des étudiants et des chercheurs et de favoriser des projets communs. La liste jointe ici classe la centaine de conventions signées par zones géographiques du monde, puis par pays et enfin par villes.

Liste des conventions internationales de l’EPHE

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search